mardi 2 février 2016

la theorie du big bang

Oui c'est bien ça que l'on va décortiquer aujourd'hui puisque je vais vous expliquer comment j'ai crée le Système Solaire. Rien que ça. Et même pas peur.
On sait bien que sur ce sujet, tout le monde n'est pas d'accord.
Alors qu'en fait c'est pas si compliqué.
On ne va pas tergiverser trois semaines sur "qui de l'oeuf ou de la poule".
Ce sera plutôt Notre Dame de Bellevau.
Et comme le dit l'Abbé Petit (vous le sauriez si vous aviez pris la peine de cliquer la Notre Dame):
"En relatant ces faits, peut être ai-je tort d'avoir raison, mais j'ai cru le devoir faire."
Respect.






Il faut bien trouver un soleil pour créer un système solaire.
Et c'est ça qui est formidable avec la brocante, on y trouve ce qu'on ne cherche pas, mais aussi, le soleil, et même quand il pleut. 
Il était bien brillant, dans sa petite caisse en carton, tenant la causette à quelques vaisselles ébréchées.


Je n'ai pas eu peur de faire le tour du soleil.
Une mise en orbite qui me permit de découvrir sa face cachée, mat.
J'ai toujours pensé que le soleil n'avait pas besoin de verni pour briller.
Sa face cachée le prouve.



Pour inventer mes propres lois gravitationnelles, mon système solaire à besoin d'ailes.
Parce que gravitaionn-ailes.
Je choisis les ailes de 4 papillons de la même espèce, Parthenos Sylvia, 3 bruns et un bleu. Et je n'en garde que les paires d'ailes supérieures.
Ça s'appelle la sélection supernatur-aile.





La paire bleu est placée en haut. 
Il faut avoir vu cette photo pour le savoir.
C'est ça les mystères du cosmos.
On ne sait pas tout, parce qu'on ne voit pas tout.



Alors que d'un autre point de vue, tout semble identique.


Je me débarrasse de l'attraction terrestre en coupant le socle.


Je lui masse doucement ses petits pieds.
Et comme le dit si bien mon ami W. (Walter?) Ikipédia, il ne faut pas confondre la masse avec le poids.
Parce que "je lui poids doucement ses petits pieds", ça ne veut rien dire.


Ni-vu-ni-connu je perce un trou dans le soleil.
Un trou noir pour passer de l'autre coté du soleil , me semble une bonne idée.
J'ai jamais bien compris si on pouvait ressortir d'un trou noir, ni si on peut les colmater avec du vernis à ongles comme pour les trous dans les collants.



Mais comme la c'est moi qui décide, je décide qu'avec une vis,  fixée dans un tube en aluminium, on pourra.



C'est le moment de penser à élaborer la voie lactée.



Ensuite mon univers prend enfin ses couleurs définitives.
Il suffit de prendre son télescope pour observer la formidable force d'attraction de  l'astre sur les corps celestes.

Et puis là soudainement. BIG BANG.
enfin... BIG BARBIE BANG !





1 commentaire:

Maraude a dit…

C'est juste magnifique et en fait la science du ciel et de l'univers s'ouvre à moi et tout devient plus clair !! merci Chefffe !